La chambre de Van Gogh à Arles Vincent Van Gogh

Dimensions

57.3 x 73.5

175cm115cm
Aperçu visuel de la silhouette d'un adulte de 175 cm et d'un enfant de 115 cm par rapport à l'œuvre

Quand est-ce que cela a été créé ?

1889

Localisation de l’œuvre

Musée d’Orsay, Galerie Bellechasse

Attiré par la lumière du Midi, Vincent van Gogh s’installe à Arles le 20 février 1888. Il loue la « maison jaune » pour y installer son atelier de peinture. C’est sa chambre dans cette maison qu’il représente ici.

Le motif de la chambre à coucher

Van Gogh représente cette chambre dans trois œuvres quasiment identiques. Nous conservons au musée d’Orsay la version la plus petite, celle qu’il a réalisée en 1889, comme cadeau pour sa mère restée en Hollande. Ici, sa chambre à coucher, très simple et colorée, devient le sujet même du tableau.

Une bulle de tranquilité

Dans une lettre adressée à son frère Théo, le peintre explique pourquoi il a peint sa chambre à trois reprises. Il souhaitait représenter la tranquillité de la pièce et faire ressortir sa simplicité. Ainsi disait-il : « la vue du tableau doit reposer la tête ou plutôt l’imagination ». Cette chambre l’apaisait, et il souhaitait partager ce sentiment de tranquillité.

Il écrit également dans cette lettre: « les murs sont d’un violet pâle, le sol d’un rouge rompu et fané, le bois du lit et les chaises sont d’un jaune beurre frais, les oreillers et le drap citron vert très pâle, la couverture rouge écarlate, la table à toilette orangée, la cuvette bleue, la fenêtre verte ». C’est une palette très riche et vive pour une chambre à coucher, il « avait voulu exprimer un repos absolu par tous ces tons divers » il.

La couleur et la texture comme langage

La composition repose sur cette palette vive et la texture très travaillée des coups de pinceaux du peintre.
Elles illustrent les émotions sur la toile et créent une atmosphère. Van Gogh s’amuse avec la peinture comme un sculpteur, il joue avec les formes des touches de peinture en faisant des épaisseurs différentes, aussi appelées des « empâtements ». On peut notamment le voir au niveau des oreillers. Il se sert des traces du passage de son pinceau pour donner sa forme au tableau. Les couleurs vives qu’il utilise pour peindre cette chambre semblent irréelles tellement elles sont intenses, d’autant plus que les volets sont fermés, elle devrait être beaucoup plus sombre.


Van Gogh ne cherche pas à représenter la réalité, ici, il étudie les contrastes des couleurs en opposant des couleurs complémentaires. Il joue avec les rapports des couleurs en les faisant se répondre à l’intérieur du tableau.

Une influence japonaise

Ici, l’artiste fait référence aux estampes japonaises. Il trouvait dans les peintures des intérieurs japonais, une simplicité et un dépouillement qui lui plaisait. Il a voulu recréer ces grandes surfaces de couleurs soutenues, soulignées d’un contour noir qui amplifie les lignes droites de la composition comme on les retrouve dans les estampes des maîtres japonais.

Une chambre solitaire

Cette chambre vide aux volets fermés, est aussi une image de la solitude du peintre. C’est un artiste difficile à interpréter, qui a très peu exposé de son vivant et à part son frère Théo et quelques artistes, peu de gens appréciaient son art. Il a développé son style de son côté, en marge de celui des autres artistes de son temps.

La newsletter des Petits M’O

Restez informé et ne manquez plus aucune actualité, événements et offres des musées d'Orsay et de l'Orangerie en vous inscrivant à la newsletter des Petits M’O.