Fermeture des musées

Réouverture au public du musée de l’Orangerie le lundi 22 juin et du musée d’Orsay le mardi 23 juin. Mise en vente des billets à partir du 8 juin. Toutes les informations sur les conditions d'accès et de visite sont à retrouver dans les informations pratiques.

James Tissot (1836-1902) L'ambigu moderne

 

Portrait de James Tissot
Etienne Carjat, James Tissot, © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

 

Le peintre James Tissot est né à Nantes en 1836 et a mené sa carrière d’artiste en France et en Angleterre. 
    Après ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, il fait ses débuts dans la capitale. Sa peinture est alors influencée par son goût pour l’art japonais très à la mode à l’époque, et ses relations avec les autres peintres comme Edgar Degas, Edouard Manet ou encore James Whistler. 


Après la guerre de 1870 entre la France et la Prusse, il s’installe à Londres et devient un peintre très en vue de la bonne société. Il rencontre Kathleen Newton qui devient son grand amour. Elle sera le modèle d’un grand nombre de ses tableaux. Malade de la tuberculose, Kathleen meurt en 1882 et James Tissot rentre alors en France. 


Après son retour, James Tissot peint de nombreux tableaux représentant la femme parisienne. Ce cycle de peintures est appelé « La femme à Paris ». Il consacre également un grand nombre de ses œuvres à des sujets religieux et produit de très nombreuses illustrations de la Bible, qui le rendent très célèbre. 
James Tissot vit dans le château de sa famille à Buillon, où il meurt le 8 août 1902. 


L’exposition du musée d’Orsay permet de replacer le travail de James Tissot dans son époque. Elle permet de comprendre comment l’artiste travaillait et les thèmes qu’il aimait aborder dans ses œuvres. Tu pourras enfin voir dans cette exposition que le peintre a expérimenté différentes techniques comme l’estampe, la photographie ou l’email. 
 

La newsletter des Petits M’O

Restez informé et ne manquez plus aucune actualité, événements et offres des musées d'Orsay et de l'Orangerie en vous inscrivant à la newsletter des Petits M’O.